> >

La gestion des déchets des inondations : un travail de l’ombre mais ô combien nécessaire !

La gestion des déchets des inondations : un travail de l’ombre mais ô combien nécessaire !

Chacun le sait, les inondations du 19 septembre dernier ont eu des conséquences humaines dramatiques et ont engendré des traumatismes que le temps peinera à effacer. Toute l’équipe du SYMTOMA se joint à la peine des habitants.

Mais, dans ce moment difficile, le SYMTOMA a tenu à apporter son concours dans son domaine de compétence.

Les images en témoignent. Les inondations, ont engendré une quantité hors norme de déchets de toutes sortes pour les communes cévenoles malheureusement concernées.

Mais cette fois, le SYMTOMA (Syndicat Mixte de Traitement des Ordures Ménagères et Assimilées) Aigoual-Cévennes-Vidourle a pu mettre en pratique les leçons tirées des inondations précédentes et notamment celles de 2014 où St Laurent-Le-Minier, Le Vigan, St Hippolyte du Fort, et d’autres, avaient été durement touchés.
En effet, fort de ces expériences douloureuses, le SYMTOMA savait que l’afflux des déchets allait être important sur une période très courte. Si rien n’était fait, leur évacuation allait donc connaître un engorgement de la filière par manque de bennes ou de chauffeurs mobilisables, comme en 2014, puisqu’une seule filière serait sollicitée : celle des déchets destinés à l’enfouissement. Et dans ce cas, pour ajouter un peu plus à la situation, la facture finale serait plus que douloureuse pour le service public « déchets »(*).

Or, dans ces moments-là, le nettoiement des rues et des maisons doit être le plus rapide possible, pour tout un tas de raisons qu’il est inutile de préciser ici. Mais comment concilier toutes ces contraintes ?

Fort heureusement, une réflexion avait été menée ces dernières années au sein du syndicat mixte sur cette problématique. Les deux objectifs à atteindre : éviter la rupture dans la chaîne des évacuations sans perte de temps et limiter au maximum les surcoûts de transports et de traitements.
Avec ces dernières inondations, le syndicat est donc passé de la théorie à la pratique.

La mise en place de deux « points-tri d’urgence »

Trois secteurs du SYMTOMA ont particulièrement été touchés cette fois : la commune de Mandagout, la haute vallée de l’Hérault, et notamment les communes de Val d’Aigoual, St André de Majencoules, Sumène (Pont d’Hérault), et la haute vallée du Gardon de St Jean avec les communes de l’Estréchure, les Plantiers, Saumane, Peyrolles et St André de Valborgne.
Les communes de St Julien de La Nef et de Laroque ont également été inondées plus ou moins fortement.
Les déchets de ces deux communes sinistrées et ceux de Mandagout ayant très vite été pris en charge par les services techniques locaux, le SYMTOMA s’est mobilisé sur le reste du territoire meurtri avec pour objectif que le problème des déchets ne vienne pas compliquer la situation.

Première action : contacter chaque filière de recyclage pour qu’elle fournisse du matériel d’évacuation dès le lundi matin.
Une fois fait, les premières bennes de gros volume repérées par des panneaux de tri, préalablement conçus, ont immédiatement été disposées sur des terrains identifiés par les maires de Val d’Aigoual et de Saumane. Les « points-tri d’urgence » étaient nés !
Des agents du SYMTOMA sont alors restés sur chaque site durant toute la semaine pour orienter les utilisateurs, aidés très vite par des employés de la communauté de communes Causse-Aigoual-Cévennes et quelques bénévoles. Peu à peu, les habitants, même sinistrés, et tous les soutiens venus participer à l’effort collectif de nettoiement, ont compris l’intérêt de la démarche et ont respecté scrupuleusement les consignes.

Sur place, il fallait séparer les meubles, les appareils électriques ou électroniques, la ferraille, le bois et les produits toxiques (comme les pots de peinture ou les produits de bricolage/jardinage...)
Hors ces déchets, tout le reste pouvait rejoindre la benne dédiée à l’enfouissement direct.

Résultats  : aucune rupture dans l’évacuation des bennes de déchets triés et, à ce jour, 11 bennes de « tout-venant » ont été remplies pour un enfouissement direct au lieu de 32 si rien n’avait été fait ! Les 2 points-tri sont restés en place toute la semaine.

En parallèle, la déchèterie de St André de Valborgne, très fortement impactée par la montée des eaux, a été nettoyée et remise en service partiellement par les agents du SYMTOMA pour pouvoir accueillir les déchets des habitants du secteur.

Hors les 2 points-tri, le SYMTOMA est également intervenu sur les communes de Sumène (Pont d’Hérault), Laroque et des Plantiers pour évacuer des déchets déposés en tas, tout en pratiquant un tri minimum avec son propre matériel (mini-pelle et petites bennes).

Quant aux nombreux détritus rassemblés le long des berges de l’Hérault à hauteur de St Julien de La Nef, le service technique de Cazilhac les a pris en charge avec un tri à posteriori sur la déchèterie de Ganges.

(*) Certains déchets coûtent cher à la collectivité comme les encombrants (« le tout-venant »), alors que d’autres vont jusqu’à générer une recette.
Si tout est mélangé, la totalité de la benne part en « tout-venant ». Le coût est maximum.
Par contre, les meubles, les déchets électriques et électroniques, les déchets toxiques des particuliers n’engendrent aucun frais de transport ni de traitement ;
La ferraille permet de dégager quelques recettes de traitement même si son transport a un coût.
Enfin, le bois (palettes, cagettes, objets divers hors « meubles ») coûtera toujours moins cher en transport/traitement que le « tout-venant ».

Remerciements

Un travail qui aurait été impossible sans la participation de nombreux intervenants
Merci aux habitants sinistrés d’avoir accepté la démarche malgré leur situation personnelle.
Merci aux employés de mairies venus aider, et qui ont simplifié le travail en triant lors du ramassage dans les rues.
Merci à Caroline, Charlène et Cédric de la communauté de communes Causse-Aigoual-Cévennes pour leur totale implication dans cette démarche,
Merci aux bénévoles anonymes qui ont apporté leur aide sans rien attendre en retour.
Merci aux entreprises CCA, PAPREC, Cévennes-Déchets et Suez pour leur réactivité.
Et merci aux éco-organismes qui ont mobilisé très rapidement les moyens nécessaires.

Et pour finir, un merci tout particulier au maire de Trèves, Régis VALGALIER, qui n’a compté ni ses heures, ni sa fatigue, sur le point-tri de Val d’Aigoual durant 2 jours consécutifs !

Tags

On met quoi ?

Coordonnées et horaires

SYMTOMA Aigoual Cévennes Vidourle
Place des Enfants de Troupe
30170 ST HIPPOLYTE DU FORT
Tél. : 04 66 77 98 29
Fax : 04 66 77 90 88
Courriel : contact@symtoma.org.

Horaires
Du lundi au vendredi
de 9h à 12h et de 14h à 17h